les effets bénéfiques du Qi Gong pour des patients cardiaques

Qigong malades cardiaques 300x157

 

Cet article a été rédigé par la revue Sciences et techniques.

Jean-Pierre BEUGIN, cardiologue coordinateur.
 

L’objectif de l’étude présentée consiste à vérifier si l’introduction du Qi Gong en rééducation cardiovasculaire améliore l’équilibre, la confiance en soi, la marche et donc l’autonomie des patients âgés.

 

Le service de rééducation et réadaptation cardiovasculaire de la clinique de la Mitterie ( Lomme, France) accueille des patients souffrant de pathologies cardiaques : pontages coronariens, remplacement de valves, transplantation cardiaque, angioplastie, etc. Ces patients, après intervention chirurgicale, effectuent un reconditionnement à l’effort en hospitalisation complète ( phase 1), puis en hospitalisation de jour 2,3 ou 5 fois par semaine ( phase 2).

Le réentrainement à l’effort comprend des exercices en endurance combinés avec des exercices de renforcement musculaire, de travail gymnique et segmentaire afin d’augmenter les aptitudes physiques et fonctionnelles des patients et ainsi accroitre leurs qualités de vie.

Les patients qui viennent deux fois par semaine sont généralement plus âgés et plus déconditionnés que ceux venant trois ou cinq fois par semaine. Certains programmes ou types d’effort proposés en centre de rééducation cardiovasculaire peuvent apparaître comme inadaptés voire traumatisants pour ces patients âgés, entraînant une baisse de la motivation et donc un moindre bénéfice. Le Qi Gong, de part son aisance et son accessibilité de mouvements, nous est apparu comme particulièrement adapté pour de tels patients, ayant une mobilité et des capacités diminuées. Le Qi Gong est une activité qui fait partie de la médecine traditionnelle chinoise, il a pour objet l’art de maîtriser le souffle. Le «  chi » signifie le souffle, l’énergie et le «  Gong » désigne tant le travail, le moyen utilisé, que la maîtrise, le but recherché.

Pratiquée quotidiennement par la population chinoise, cette discipline vise l’épanouissement individuel, le bien être, l’entretient de la santé et l’harmonisation du corps et de l’esprit. Il s’agit d’une gymnastique préventive qui combine des mouvements doux, naturels très lents et détendus, à un travail de respiration (respiration abdominale, régulière et profonde).

 

Méthode et résultats

L’étude concerne 51 patients tirés au hasard dans le service de rééducation et réadaptation cardio-vasculaire dirigé par le docteur Beugin (cardiologue coordinateur). Les patients de l’étude venaient de subir une intervention chirurgicale cardiaque, ne présentant pas de contre indication à leur inclusion dans un programme de rééducation cardio-vasculaire en ambulatoire (phase 2), à raison de 2 fois par semaine. Ce programme propose aux patients cardiaques des séances d’ergométrie, de gymnastique, de  balnéothérapie, d’ergothérapie, de marche, de relaxation, et d’éducation thérapeutique du patient ( ETP).

Le groupe Qi Gong s’est vu proposer le programme de rééducation classique avec, en plus, des séances de Qi Gong à raison d’un minimum d’une fois par semaine. Ce groupe est composé de 27 patients (8 femmes et 19 hommes), âgés de 70 ans en moyenne, fraction d’éjection (évaluation de la capacité du cœur à se contracter) 61%, 16 patients coronariens et 11 valvulaires avec IMC d’environ 28,44. Le groupe témoin qui a suivi le programme de réadaptation classique, est composé de 24 patients (dont 4 femmes et 20 hommes) environ 69 ans, fraction d’éjection ( FE) 58 %, 13 patients coronariens et 11 valvulaires avec IMC d’environ 27,38. Nous avons évalué l’ensemble des patients de l’étude à partir de différents tests.

 

Analyse de l’équilibre-coordination

Le test de station « unipodale »

Ce test est développé pour identifier parmi les sujets âgés, leur risque de chutes. Il mesure la capacité du sujet à se tenir sans aide sur une jambe. Un test inférieur à 5 secondes indique un risque élevé de chute traumatique. Ce test nous apporte des informations sur les améliorations de l’équilibre global. D’une manière générale les bénéfices de l’équilibre sont plus importants pour le groupe Qi Gong que pour le groupe témoin, que ce soit pour l’appui de la jambe gauche, de la jambe droite, avec les yeux ouverts, les yeux fermés.

Le « Get and Go test »

Ce test permet de juger le comportement moteur. Le patient est assis dans un siège qui comporte des accoudoirs, se lève, marche devant lui sur 3 mètres, fait demi-tour rapidement et retourne s’assoir. Le pronostic est défavorable quand le test est exécuté en plus de 20 secondes.

Le « timed chair stands test »

Ce test est également utilisé pour juger le comportement moteur. Le patient est assit dans un siège, bras croisés sur le thorax, il doit se lever et s’assoir 5 fois d’affilée sans l’aide des bras et le plus rapidement possible. Le pronostic est défavorable quand le test est exécuté en plus de 14 secondes.

Pour ces 2 derniers tests d’équilibre-coordination, on ne note pas de différences significatives.

Evaluation des capacités fonctionnelles d’endurance

Nous avons également observé la distance parcourue lors du test de marche de 6 minutes. Au cours de ce test de terrain couramment utilisé dans les centres de réadaptation, le patient doit parcourir la plus grande distance possible en 6 minutes, avec prise de la fréquence cardiaque (FC), de la saturation en oxygène (SaO2) et de la distance toutes les minutes.

La progression pour le groupe Qi Gong est de 21% contre 13 %  pour le groupe témoin. Si l’on se réfère à la formule de TROOSTERS : sur la distance théorique attendue d’un TM6=218 +5,14X taille (cm) – 5,32Xage-1,8Xpoids en KG-51,31Xsexe (1 pour les hommes, 2pour les femmes), le groupe Qi Gong s’écarte davantage que le groupe témoin de la norme attendue.

La distance théorique attendue pour le groupe Qi Gong est de 488,34 m contre 483m pour le groupe témoin. La différence avec la distance parcourue pour le groupe Qi Gong est de + 34m contre +23,14m pour le groupe témoin.

Inventaire de l’estime de soi

Le self-esteem inventory est un questionnaire psychologique qui vise à identifier la confiance en soi des patients. Le score obtenu permet de les classer dans une des 5 catégories : significativement sous la moyenne, quelques peu sous la moyenne, dans la moyenne, quelques peu au dessus de la moyenne, significativement au dessus de la moyenne. Les moyennes des scores obtenus lors de la passation du questionnaire montrent que le groupe Qi Gong améliore de plus de 3 points sont score total (+3,1 points contre +0,9 points pour le groupe témoin)

Dans le groupe Qi Gong, la proportion des patients à avoir une estime de soi au-dessus de la moyenne est passée de 35% à 75% en fin de réadaptation.

 

Analyse physiologique

La fréquence cardiaque de repos

On constate que le groupe Qi Gong diminue sa FC de repos d’environ 9 battements par minutes ( BPM), alors qu’il n’existe aucune différence du nombre de battements de la FC de repos de début et de fin de réadaptation pour le groupe témoin.

La tension artérielle systolique et diastolique

De la même manière que pour la fréquence cardiaque de repos, la baisse de la tension artérielle (T1) systolique et plus importante pour le groupe Qi Gong que pour le groupe témoin, alors que l’on ne note pas de différences significative pour la tension artérielle diastolique.

Discussion

Nous constatons, tout comme dans l’étude « Chao et al », que l’amélioration de la FC de repos est significative pour le groupe Qi Gong. Cette activité, en favorisant l’apaisement, semble jouer un rôle bénéfique sur le stress et l’angoisse.

De la même façon, on constate des améliorations de la tension artérielle systolique de repos, tandis que la tension artérielle dialostique n’évolue que très modérément.

D’une manière générale, les gains de l’équilibre sont plus importants pour le groupe Qi Gong, on retrouve les mêmes résultats dans l’étude de « Stenlund et al ». Les améliorations de l’équilibre-coordination ne sont pas significatives, cela est certainement dû au choix pas assez discriminant des deux tests de « Get up and go » et le « Timed chair stands ».

Nous remarquons également que le groupe Qi Gong améliore, plus que le groupe témoin, la distance parcourue lors du test de marche de 6 min. Leur équilibre a progressé, ils ont donc une meilleure confiance dans leurs capacités et osent davantage marcher. Il est intéressant de noter que le groupe Qi Gong s’éloigne plus que le groupe témoin de la distance théorique attendue lors d’un test de marche Troosters. Pour être complète, l’étude aurait pu mettre en avant l’observation de l’amélioration du pas de marche du patient. La pratique du Qi Gong influence réellement  le niveau de confiance en soi : le patient a une meilleure appréhension de son image corporelle, ce qui lui permet d’accroitre son autonomie, donc sa qualité de vie. L’étude de « Hui et al » souligne également cet aspect.

L’introduction des séances de Qi Gong en réadaptation et rééducation cardio-vasculaire c’est révélée positive pour ses effets sur la fréquence cardiaque et la tension artérielle de repos, l’équilibre, la capacité fonctionnelle, la marche. L’un des rôles du professeur d’activités physiques adaptées est de mettre en place des projets de nouvelles activités et de démontrer leur efficacité et leur légitimité au sein des centres de réadaptation. Ces activités visent à améliorer la progression et le rétablissement des patients, à optimiser les processus d’autonomisation.

Le Qi Gong est particulièrement adapté aux personnes âgées. En synergie avec les autres activités de reconditionnement, il participe à entraîner le patient dans une « spirale vertueuse » visant à l’amélioration de l’autonomie et donc à faire reculer, ou dépasser, le seuil de dépendance physique, avec toutes les répercussions positives sur la qualité de vie et sur le plan psychologique.

Le Qi Gong peut et doit être considéré comme un maillon possible de la rééducation cardio-vasculaire, contribuant selon la définition même de l’OMS « à assurer aux patients la meilleure condition physique, mentale et sociale possible, afin qu’il puisse par ses propres efforts préserver et reprendre une place dans la vie de la communauté ». Cette activité engage également les patients à poursuivre une activité physique appropriée et quotidienne, et nous les encourageant dans ce sens.

 

Mickapel  Racodon, Ronan Bolpaire, professeurs d’activités physiques adaptées ;
Noemie Paternoster, psychologue ; Jean Pierre Beugin, cardiologue coordinateur,

×